Union Nationale des Syndromes d’Ehlers-Danlos

Soutenez la recherche

Rejoindre l'association

ADHESION
Menu

Le sed et les dents :

- Palais haut et étroit ; dents serrées ;

- Caries et fractures des dents ;

- Douleurs lors de travaux dentaires malgré anesthésie (anesthésiants locaux plus rapidement absorbés ; Sensibilité et fragilité des muqueuses buccales

- Dysfonction de la jointure temporomandibulaire entraînant : douleur à la mâchoire, maux de tête, « cliquetis» ou blocage de la mâchoire, douleur ou raideur du cou irradiant aux épaules et haut du dos, spasmes musculaires au cou, étourdissements, maux d’oreilles et interruption du sommeil.

(Cette dysfonction est souvent rapportée avec d’autres conditions tels que fatigue chronique, troubles du sommeil, migraines et fibromyalgie)

- Mouvement excessif de la mâchoire entraînant irritation

- Bruxisme (grincement/serrement des dents) durant sommeil

http://www.mosaique-maladies-rares.org/page17.php

Beaucoup de malades Ehlers-Danlos relatent une anesthésie dentaire peu éfficace. Des saignements de gencives, des dents qui se cassent, une fragilité des dents.

Pour les soins d'ontologie, les appareils dentaires peuvent parfois blessés l'enfant. Faire attention à la tension de l'appareil dentaire.


Publié sur BBC.com, 1/9/2017

Le Dr Alan Hakim et ses collègues de l'University College Hospital de Londres étaient parmi les premiers scientifiques à mettre en lumière ces cas. Hakim a aidé à diriger une clinique pour les personnes avec le syndrome d'Ehlers-Danlos (EDS), un groupe de maladies génétiques très rares caractérisées par des défauts dans le tissu conjonctif, menant à l'hypermobilité articulaire...

Mais le Dr Hakim a constaté que certains de ces patients ont signalé une résistance à l'anesthésie locale. Au lieu d'être "engourdis",  anesthésié, ils ont dû supporter la douleur. "Il est devenu évident pour nous que c'était une question que nous devrions poser à chaque patient que nous voyons dans la clinique", se souvient le Dr Hakim, qui est co-auteur d'un court rapport sur les résultats en 2005.

Onze ans après avoir écrit sur le problème,le Dr Hakim dit qu'il n'y a toujours eu aucune enquête médicale officielle sur les causes de la résistance anesthésique locale dans ces cas, bien qu'il existe quelques théories. Une hypothèse est que leur tissu est légèrement différent des patients non-EDS et qui pourrait affecter la façon dont l'anesthésique est absorbé. Les anesthésiques locaux agissent en perturbant les canaux sodiques. Ces canaux conduisent positivement chargés ions de sodium - et avec eux le sentiment de la douleur - aux cellules nerveuses. Mais il y a encore quelques questions sur le fonctionnement de ce processus. Remplir les détails de ce mécanisme pourrait expliquer pourquoi certains patients trouvent certains médicaments - disons, l'articaïne au lieu de la lidocaïne - fonctionnent mieux que d'autres. Une théorie proposée pour l'efficacité accrue de l'articaïne, par exemple, est qu'elle est plus soluble dans les graisses (lipides) et diffuse donc mieux à travers la membrane de chaque nerf.

Lire la suite de l'article :

www.bbc.com/future/story/20170106-the-people-who-cant-go-numb-at-the-dentists


Composition des dents : dr-zink-de-raczynski-richard.chirurgiens-dentistes.fr/La-dent-composition-forme-et-fonction-Article-101.aspx

 

Le collagène est un constituant essentiel de tissu conjonctif, il entre dans la composition de tous les tissus dentaires sauf l’email, et il joue un rôle important dans le développement, la structure et la physiologie de la dent et de ses tissus de soutien.

Tissu conjonctif  est divisé en : tissu conjonctif mou : pulpe , dèsmodente, chorion gingival


Les Hétérophories

On appelle hétérophories, toutes les anomalies de la coordination des deux yeux dans leur fonctionnement en concomittance;
On peut définir à partir de là les exophories (yeux en divergence) et les ésophories (yeux en convergence) qui sont normalement compensés par l'usage normal des deux yeux, mais qui peuvent se décompenser à diverses occasions.


Les manifestations des exophories

Les manifestations des exophories sont majorées par la fatigue, le stress, les fixations prolongées d'écrans vidéo, les traitements antidépresseurs.

Le patient se plaindra d'abord de céphalées (qui sont induites par l'effort demandé aux muscles oculaires pour ne pas voir double), puis de gêne oculaire avec rougeur éventuellement en s'accompagnant plus ou moins de troubles de la lecture.

Tous ces signes, évocateurs d'exophorie chez un sujet travaillant sur écran, ou malade ou sous traitement devra indiquer, après examen ophtalmologique, un bilan et une rééducation orthoptique bien conduite.


Les manifestations des ésophories

Les manifestations des ésophories sont souvent moins violentes mais plus apparentes. L'oeil dominé peut, lors de fatigue ou d'effort visuel, dévier vers le nez. L'orthopsie servira alors, quand le traitement optique ne suffit pas, à redonner une stimulation sensorielle de l'oeil dominé.


La manifestation de Diplopie

Elles peuvent survenir chez tout le monde lors de pathologie générale (vasculaire - infectieuse - toxique) avec une prédominance pour les diplopies d'origine vasculaire, qui peuvent apparaître dans le diabète ou toute manifestation de l'artérosclérose lors d'un phénomène ischémique.

 Page mise à jour le 17 septembre 2017

Vous pouvez faire un Don, souscrire une adhésion : Un reçu fiscal de référence vous sera adressé en retour.

Adhésion

Ensemble construisons notre futur proche...

 

 Quels sont les prises en charge et taux de remboursements dentaires, d'orthodontie :

www.ameli.fr/assures/soins-et-remboursements/combien-serez-vous-rembourse/soins-et-protheses-dentaires/traitements-d-orthodontie.php

 


L'orthoptie et sa relation avec le SED :

Notre fragilité, notre fatigabilité des yeux peut engendrer des désordres : Le nom orthopsie (ou orthoptie) vient du grec orthos (droit) et opsie (voir)

Le but de l'orthopsie est donc de faire "voir droit". Ses indications sont nombreuses et variées ; elles vont en augmentant dans notre société très sollicitée sur le plan visuel et notamment avec la généralisation des systèmes vidéo (télévision - ordinateur, etc.).
Cependant, la première indication concernera les strabismes de l'enfant. Nous verrons ensuite toutes les indications qui peuvent concerner l'adulte

 Les strabismes de l'enfant On ne peut concevoir de traitement du strabisme sans le recours à l'aide des orthoptistes. En effet, s'il y a dans le strabisme une composante musculaire évidente, celle-ci ne peut se régler sans le traitement sensoriel.

L'orthoptiste intervient à deux niveaux :
 

Avant la chirurgie :

Chez un enfant dont un oeil est dévié, cet oeil peut avoir perdu la notion de vision "tout droit", avoir changé de point de fixation rétinien, avoir créé un scotome de neutralisation sur le point de fixation normal.... et dans tous les cas les deux yeux ne savent plus regarder ensemble.
L'orthopsie est indiquée à ce stade pour réapprendre ces notions de base à l'oeil dévié, pour réapprendre aux deux yeux à fonctionner normalement même si ça n'est pas encore ensemble).
 

Après la chirurgie :

Et là, dès le lendemain de l'intervention, le travail orthoptique, qui peut s'étendre sur un temps long, consistera à renforcer les notions apprises avant l'opération en réapprenant aux deux yeux à fonctionner, cette fois ensemble.

 


L'Hypnose, les douleurs et le SED :

Cette technique encore méconnue, avec de sérieux préjugés peu avoir des effets bénéfiques  sur la douleur.

Le Docteur Malzatarine spécialiste du SED et des enfants l'utilise parfaitement :

 Dr. Gilles Mazaltarine, Service de MPR, Henri Mondor (Pr. JM Graciès)